Archives de l’auteur : Laurent Verdier

Rencontre scientifique TRYAT à Naples

Du 10 au 17 février 2019, 4 élèves de la spécialité Informatique et Sciences du Numérique (prochainement NSI) et 5 étudiants du BTS Systèmes Numériques (EC et IR) participent à un regroupement d’élèves français, allemands et italiens à Naples.

Pendant une semaine, ils vont travailler sur le projet TRYAT qui vise à calculer le taux de vapeur d’eau dans la troposphère grâce à l’analyse des erreurs de positionnement d’antennes satellites ultra-précises, et ce, grâce à une corrélation avec les relevés météorologiques locaux (pression, humidité).

Ce projet est financé par l’Union Européenne via le programme Erasmus +.

Lundi 11 février

Après la réception officielle au lycée Leonardo Da Vinci, les français ont été chargés de mener les formations.

Les élèves et étudiants palois ont formé leurs homologues allemands et italiens au travers de deux ateliers.

Le premier portait sur l’analyse de données satellites GPS à l’aide du langage Python. Morgane, Gabin, Vincent et Saranyu n’ont pas manqué d’énergie et ont été très efficaces. Cela malgré la barrière linguistique et les problèmes matériels : les bibliothèques scientifiques s’installent bien plus facilement sous Linux. Le planning de la semaine sera d’ailleurs modifié pour que leur atelier soit prolongé afin de jongler avec les listes, les bases de données et les FFT.

Le midi, les étudiants et enseignants des trois pays ont mangé ensemble dans un restaurant de spécialités italiennes, un vrai régal !

L’autre atelier était mené par Joris, Abdel et Damien. Il avait pour objectif de récupérer les données météo d’une station de conception Saint-Cricq. Là encore, nos étudiants se sont brillamment adaptés aux conditions : le système d’exploitation commercial s’est obstiné à bloquer les communications séries…

La soirée a été dédiée  à un incontournable des déplacements des scientifiques anglo-allemands (SESAA) : “Werwolf” ou “Loup Garou”. Français et allemands se sont joyeusement dévorés dans un salon de l’hôtel, la partie a été menée en trois langues. Il paraîtrait que des élèves et étudiants soient encore affamés demain soir. Quoi de plus fraternel que de se retrouver autour d’un festin ;-).

Séminaire Scientifique en Allemagne – SESAA promotion 2018-2021

Chers visiteurs,

Vous pourrez suivre ici les péripéties de nos jeunes scientifiques européens, nous essaierons d’actualiser le site tous les soirs, sous condition que la connexion internet nous le permette.

Dimanche 13 janvier 2019

Nous partons à 300 km/h vers Paris

Les élèves s’occupent en jouant et travaillant, PV=nRT !

Premier challenge, difficile pour certains !

1er intermède musical

Et première routeltte qui lâche, nous avions dit des valises solides, mais à qui appartient-elle ?

Nous voilà à Montparnasse

Petite pause ludique Gare de l’Est

Nous voilà dans l’ICE à destination de Frankfurt, les élèves sont très studieuses, mise en scène ???

Et nous voilà à Frankfurt vers 21h00.

C’est haut, très haut, avec en arrière plan un l’ancien siège de la BCE

Une petite marche de quelques kilomètres sur les galets par moments

Et nous voilà à l’auberge de Jeunesse. Tout le monde au lit et à demain !

Lundi 14 janvier 2019.

Grosse journée en perspective, rdv pour le petit déjeuner à 7h00 pour pouvoir être à notre premier centre expérimental, l’Experimenta à 9h00. Tout le monde est bien au rendez-vous pour le premier petit déjeuner en Allemagne. Ensuite petite traversée de Francfort au lever du jour.

Et la suite est en image, 2h30 de sciences et de plaisir :

La salle des ondes

Une expérience sur la propagation des ondes, comme avec les séries de billes pendues, mais avec un peu moins de subtilité :-).

Celle de l’architecture, il y a encore quelques progrès à faire avant de construire les ponts !

celle d’optique

de mécanique (félicitations à Louise pour son record !)

Ensuite nous faisons une visite de Francfort, avec une vue panoramique du haut d’un centre commercial (pas tout à fait compatible avec le vertige).

Ensuite direction la gare centrale pour prendre le train pour Marburg, un petit incident technique nous fait rater le premier train, mais par chance il y en a un 20min plus tard.

Dans le train l’ambiance est studieuse, devoir or nicht devoir ce soir ?

Le trajet entre la gare et l’auberge est un peu chaotique, un pont sur le Lahn est fermé et nous devons faire un détour sur des pavés, encore des pavés…

Arcélio propose de sauver la situation et propose un challenge pour reporter le devoir ça va être dur à relever mais il l’a fait !

Par conséquent nous le repoussons et le remplaçons par un jeu de piste dans la vieille ville de Marburg, sur les traces des frères Grimm. Il fait un peu froid, neige un tout petit peu, mais les équipes sont à fond !

Dernier briefing avant de lâcher les fauves et réveiller la ville endormie :

Après 1h de course où dénivelé et pavés s’enchaînent, retour à l’auberge. Avons-nous réussi à les fatiguer ? Non…

S’ensuivent deux méga-parties de loup-garou où le loup blanc et l’infect père des loups font leur apparition.

A 23h00, tout est à nouveau calme, le village s’endort…

Mardi 15 janvier 2019

Après une bonne nuit de sommeil et 20 minutes de marche, les blouses et les lunettes sont de sortie.

Quelques consignes de sécurité et c’est parti pour 2h de chimie au Chemikum de Marburg.

Des odeurs de synthèses à reconnaître…

Des ultras violet…

De la passion…

Du poisson plus ou moins frais…

Des hauts fourneaux dans un micro onde…

Et enfin, de l’alchimie !!!

Un autre usage du liquide vaisselle :

Nous retournons ensuite sur nos pas vers Frankfurt et son musée des télécommunications. Visite guidée en Anglais et en Allemand.

Un des premiers téléphones. Les élèves sont étonnés de ne pas voir d’écran.

 

Première communication par câble transatlantique. 5 essais avant de pouvoir communiquer et l’équivalent de 500 milliards d’euros dépensés.

De retour à Marburg, le chef de l’auberge de jeunesse nous a préparé une spécialité allemande : le schnitzel … miam miam.

Une belle soirée s’annonce puisque nous allons pouvoir assister en direct depuis l’Allemagne au match de handball Allemagne France. Mais avant cela….

L’incontournable devoir de physique se déroule dans deux salles mises à notre disposition. Concentration et application sont à l’œuvre. Allez, c’est l’heure du match et du Loup garou alors on vous dit : à demain.

 

Mercredi 16 janvier 2019

Valises fermées et petit déj’ avalé, nous prenons la direction de Kassel en train (pour changer).

Nous déposons nos valises à l’auberge de jeunesse et après un pique nique au chaud, nous marchons vers les hangars de l’usine de locomotive Henschel.

C’est là que se trouve le Technik Museum de Kassel. Des passionnés réunis en une association ont pris possession de ces lieux et exposent leurs collections d’objets industriels.

On commence par le principe de la machine à vapeur.

Il ne faut pas énerver Maureen ;-).

On a rétréci les élèves germanistes !

Des tramways du début du 20ème siècle…

Un wagon grand luxe avec un magnifique travail du bois.

Une immense locomotive pouvant tirer jusqu’à 80 wagons et dont le stock de charbon pouvait atteindre 35 tonnes…

Certains se voient déjà aux commandes…

Des instruments de musique “industriels”…

Les pianistes des gares n’ont qu’à bien se tenir, voilà le méga-tube des SESAA, il reste quelques arrangements à faire mais on y croit !

 

Et des ateliers scientifiques…

Des sourires non newtoniens…

De la logique…

De la chimie…

Une boite de vitesse ??? Mais comment ça marche ?

C’est au tour du deuxième groupe de faire la visite, avec le responsable du musée, l’intarissable et passionné Bernd Scott, qui cette fois-ci mène la visite en anglais.

La visite commence toujours par Denis Papin qui s’est exilé en Allemagne car exproprié par l’Église. C’est donc ici qu’il inventa la machine à vapeur qui équipa ensuite la totalité des locomotives. Et c’est grâce à cet huguenot que Cassel (écriture de l’époque) est devenue la capitale mondiale de la fabrication de locomotives.

L’après midi n’étant pas terminée nous filons vers le Herkules…

La fatigue commence à se faire sentir mais il n’est que 17h !

Au sommet, une légère brise et quelques restes de neige nous rappellent que nous sommes en hiver.

La vue est imprenable sur la ville de Kassel. Et nous percevons l’alignement de la rue principale…

Le Herkules qui surplombe des jeux d’eau qui dévalent la colline pour créer 200m plus bas un jet d’eau atteignant plus de 50m de haut.Après cette sortie nocturne, le repas est le bienvenu.

Les parties de Loup Garou résonnent encore pour cette dernière soirée en auberge de jeunesse.

 

Jeudi 17 janvier 2019

C’est dans un centre scientifique que commence notre journée. Le SFN est un établissement particulier puisque tous les jeunes du Nord de la Hesse peuvent venir proposer (et se voir financer) des projets scientifiques.

La visite des locaux ne laisse pas nos jeunes indifférents qui sont impressionnés par les moyens mis à disposition de la Science.

Un budget de 200 000 € annuel, 4 niveaux dont, un observatoire, un microscope à balayage électronique, une cuisine équipée, un atelier etc. 200 jeunes accueillis par semaine, nous savons maintenant quel est l’objectif de GalaXess.

La journée est menée par notre ami et collègue allemand Jörg Steiper que nous remercions chaleureusement.

Tiens, tiens…. mais qu’est-ce que c’est ????  Ne serions nous pas les seuls à participer à la Robocup ???Nous assistons ensuite à une conférence d’Astrophysique sur les amas stellaires. Nous apprenons notamment ce qu’est un diagramme HR, outil de base de l’astrophysicien.Les curieux se risquent à une question durant la pause.Il s’en suit une séance de TP sur du traitement d’images de télescopes afin de déterminer l’intensité lumineuse d’une étoile ou encore sa température. Après 5h de travail, les estomacs se remplissent dans le centre ville de Kassel.

À 17h45, nous prenons le train toujours accompagnés de nos valises qui atteindront leur destination finale dans une heure. Avec un brin de nostalgie, les élèves et leurs adorables bagages parcourent les derniers km de pavés les menant à la gare.

À quelques minutes de l’impact, l’excitation monte, les rires sont nerveux, certains visages sont fermés, le groupe, telle une ruche se met à s’agiter… l’effervescence habituelle.

Enfin nous sommes chaleureusement accueillis par nos correspondants allemands et après quelques phrases déjà les visages se détendent.Chacun prend une direction différente.

La deuxième partie de notre séjour peut commencer.

Vendredi 18 janvier

Une des plus grosses journées en terme de contenus scientifiques, avec une petite surprise à la fin.

Le matin nous avons commencé par aller faire des expérimentations au XLab, où les élèves et leurs correspondants allemands ont été répartis en 4 groupes d’étude : la physiologie et le sport, l’ADN, la radioactivité et l’étude des primates.

Dans la partie Physiologie et sport, l’étude s’est portée sur le coeur. Après un cours d’introduction d’une heure en allemand, les scientifiques germanistes ont pu faire plusieurs mesures, pour établir leur profil sportif en fonction de leur capacité de récupération cardiaque, des variations de leur tension sanguine, de la proportion muscle, os, eau, graisse de leur corps. Nos 5 participants français sont en pleine forme ! Il faut avouer que les quelques dizaines de km parcourus cette semaine à pied et parfois en tirant les valises les ont affûtés.

Les autres groupes :

Après une pause repas à la cafétéria universitaire, où nous avons été servis par un jeune retraité de l’armée de l’air française :-), nous voilà au Max Planck Institut, et plus particulièrement l’entité qui est chargée de l’étude du soleil en collaboration avec le CNES et l’ESA.

Une jeune chercheuse en astro-physique, nous fait la visite en anglais. Nos élèves apprendront un peu plus tard et avec stupéfaction que c’est une française et oui :-).

La star Roseta et son atterrisseur Philae sur la comète Tchoury

Le grand jeu des missions martiennes, avec leurs succès et leurs échecs, un bon exercice linguistique. Plusieurs élèves s’y tentent, Erfolgreich oder verloren ???

Nous visitons aussi les laboratoires où sont fabriqués les instruments de mesures embarqués dans les satellites scientifiques.

Une autre vision des astres

Nous sommes ensuite partis vers un autre centre du Max Planck Institut, celui de recherche de chimie biophysique. Certains font le trajet avec les transports en commun, mais une partie du groupe à pied en raison d’un chauffeur “légèrement” acariâtre devant l’embarquement de nos 31 jeunes et de leurs correspondants.

Nous avons commencé par un cours d’introduction à la photographie cellulaire haute définition, grâce à l’usage de marqueurs et plus particulièrement la technologie STED. Elle vaudra un prix Nobel de chimie au directeur de ce centre de recherche. La présentation est faite en français par un chercheur suisse trilingue.

Une visite en anglais vient ensuite pour voir la mise en oeuvre de cette technologie, elle est conduite par une chercheuse polonaise.

Ci-dessous les photos haute définition obtenues après les traitements chimiques et informatiques.

Vient ensuite un goûter gentiment offert par le centre de recherche, et nous avons le plaisir de le partager avec un prix Nobel de Chimie ! Mais où est-il ?

Maureen l’a trouvé !

Le week-end se passe en famille, nous avons “vaguement” entre-aperçu des vidéos où nos jeunes auraient fait du patin à glace, sans qu’il y ait de blessés malgré les cascades ;-).

A lundi !

Lundi 21 janvier

La journée a commencé très tôt, à 5h30 par un concours photographique de l’éclipse de lune. Beaucoup ont joué le jeu et nous avons eu de très beaux clichés, par -11°C.

S’ensuit, bien plus tard, vers 9h00,  la réception officielle à l’IGS par la nouvelle Proviseure de l’établissement.

Nous faisons une photo de groupe ou nous voyons triple : nous partîmes 34 et revînmes 35 ? C’est peut-être préférable que le contraire !

Le reste de la journée a été dédié à des jeux pour que les élèves allemands et français puissent mieux faire connaissance. Tout d’abord, nous sommes restés au chaud à l’IGS, où a eu lieu une méga partie de Wer Wolf (???) assez chaotique où le village bilingue avait beaucoup de mal à s’endormir

la seconde partie des jeux a eu lieu en ville, où nous avons gentiment envahi les halls d’entrée de l’ancienne et de la nouvelle mairie, pour des activités on ne peut plus discrètes :

Au final, nous nous retrouvons tous devant la Gänseliesel pour une photo de groupe :

Et tout le monde repart au chaud.

Mardi 22 janvier

Nous sommes reçus à la mairie par Mme Ropetter, responsable du partenariat Göttingen-Pau, M. Mack responsable des sports et le M. le Maire Adjoint de Göttingen. L’accueil est très chaleureux et nous visionnons un film présentant la ville et son “way of life”.

Nous partons ensuite vers la gare, direction Goslar et prenons ensuite le bus pour le Rammelsberg et sa mine classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Mention spéciale pour Léna !

Cette mine est parfois mystérieuse, alors que profitant de l’obscurité des “esprits frappeurs” ont lâchement toqué sur le casque d’une de nos élèves, celle-ci a fait preuve de courage et a vivement renvoyé les lutins dans les entrailles de la terre :-).

SESAA – Séjour en Écosse 2019

Depuis le lundi 5 novembre 2019, 21 élèves et leurs enseignants de Sciences-Physique DNL anglo-allemande sont en Écosse dans le cadre d’un partenariat avec deux établissements scolaires d’Aberdeen : le “RobertGordon College” et l'”Albyn School”.

Dernier échange avant le Brexit :-(.

Lundi 5 novembre

Le voyage s’est très bien déroulé, les deux embraer brésilien nous ont tranquillement transportés jusqu’à Aberdeen, et l’heure entre les deux vols a été suffisante pour changer de terminal.

Avant de se poser à Paris, nous avons pu voir un magnifique lever de soleil, sur la capitale qui s’éveillait. Nous ne sommes d’ailleurs pas du tout sûrs de revoir le soleil d’ici notre retour :-(.

Arrivés à Aberdeen, après avoir récupéré les bagages les pulls à capuches partent dans les valises, remplacés par des chemises qui respectent mieux le “dress code” des lycées qui nous accueillent.

Dans le bus qui nous amène au centre d’Aberdeen, l’ambiance est sereine, même l’atterrissage n’a pas été une source de stress…Le groupe Albyn attend sagement ses correspondants. Après un passage à la cantine, Ils iront en cours avec euxLe groupe sera ensuite reçu par le Proviseur avant de faire une visite de l’établissement menée par le Proviseur adjoint. Ce soir c’est la Guy Fox Night, après cette journée extrêmement chargée, peu d’élèves ont du entendre les feux d’artifice qui ont parsemé le Royaume Uni.

Le groupe du Robert Gordon’s College est accueilli chaleureusement par notre collègue Jenna Clyne et quelques pancakes qui nous font oublier notre lointain petit déjeuner.

Après un lunch partagé avec les correspondants, Tom Cumming ancien enseignant de Français vient nous conter l’histoire du Robert Gordon’s College et nous faire découvrir cette magnifique école.

L’escalier menant à l’administration usé par plus de 260 ans de passages (les marches sont incurvées par l’usure).

The Auld Hoose, premier batiment de l’école construit en 1732.

The centre of performing arts avec ses salles de spectacle, de répétition, son studio d’enregistrement et sa galerie d’art.

Le tout récent bâtiment de sciences. Les élèves sont en admiration devant la version colorée d’une vielle connaissance 🙂

Le grand Hall, sous le portrait du fondateur Robert Gordon

Les élèves rejoignent ensuite leurs familles pour un repos bien mérité.

Mardi 6 novembre

Groupe Albyn : les premières heures de cours se font avec les correspondants, ensuite nous sommes reçus par M. GJ Earnshaw, enseignant de Technologie et Sciences Industrielles pour un cours sur les structures des matériaux, avec une réalisation à la clé : un porte téléphone aux couleurs de nos lycées respectifs.

Groupe Robert Gordon :

Pendant la période de “Registration” qui entame chaque journée nous découvrons le score des différentes “maisons” présentes au sein de l’école.

Après 4 périodes de classes, nos élèves rentrent en piste pour présenter leur travail autour du thème “Can we go to Mars ?” à des petits écossais de 11 ans.

Nous les félicitons pour leur performance et attendons avec impatience celle du groupe Albyn.

Nous remercions chaleureusement Craig MacEwan  professeur de physique pour sa présentation sur les météorites et l’expérimentation qui a suivi.

Il s’agissait d’étudier l’influence de la taille d’une météorite sur le diamètre du cratère qu’elle crée.

 

Nous retrouvons ensuite le groupe Ablyn pour une chasse au trésor dans Aberdeen qui nous permet de découvrir la ville. Il semblerait que nous ayons croisé Robert the Bruce…

Enfin, à 6pm nous sommes tous accueillis à l’Albyn School pour un menu traditionnel (stovie, beetroot and oatcakes) avant…le Ceilidh !!! Je vous laisse seul juge des talents de danseurs de nos jeunes.

Un grand merci à Jimmy Lamont (Head of P.E.) à Albyn pour l’animation dynamique de cette soirée.

Mercredi 7 novembre

Nous quittons Aberdeen pour la journée direction Edinburgh. C’est toute l’Histoire d’Écosse qui nous attend dans cette ville.

Nous entrons dans l’enceinte du château vers 11h30. Au programme Mary Queen of Scots, King James II and all others, the Royal Scots, the prison et bien sur les Joyaux de la Couronne.

Au détour d’un bâtiment royal, nous tombons sur quelques grands gaillards qui nous rappellent que samedi, l’équipe de rugby d’Écosse joue contre les Fidji.

Nous nous rendons ensuite au National Museum of Scotland et en chemin certaines curiosités attirent notre attention.

Des cabines téléphoniques typiques toujours en fonction.

Le café dans lequel J.K.Rolling a passé quelques heures à écrire Harry Potter.

Le National Museum of Scotland : collections d’histoire naturelle, d’histoire de la technologie et de l’innovation dans un somptueux bâtiment.

Et bien sur en toile de fond du voyage, les élèves sont sur les traces de divers éléments typiquement écossais : le challenge bât son plein.

Après quelques heures de bus dans le calme, chacun regagne sa famille d’accueil. Demain c’est le grand jour pour le groupe Albyn 😉

Jeudi 8 novembre

La journée a commencé par la prestation du groupe Albyn devant les élèves britanniques.
Le thème général était le voyage de la terre vers mars, les sous-thèmes :

  • contraintes matérielles et humaines durant le voyage,
  • le carburant, coût, masse et production sur Mars,

Les élèves comme leurs enseignantes ont été enthousiastes sur les deux présentations, autant au niveau du contenu, adapté au public, comme de la qualité linguistique et scientifique. Les débats qui ont suivi avec les petits écossais ont été très animés. Et nos chers élèves ont pu se mettre à la place des enseignants, un exercice anxiogène mais brillamment réussi :-).

La suite de la journée a été dédiée à la visite du site de Dunotar Castle avec le groupe complet, la météo était parfaitement adaptée pour profiter pleinement de ce lieu plein d’Histoire.

Nous en repartons à  pieds, en longeant la côte, direction Stoneheaven, 3km avec de magnifiques paysages.

Et après l’effort, direction le meilleur Fish&Chips d’Écosse, envahi par une horde d’élèves affamés.

Le marchand de glaces est aussi très renommé.

Retour ensuite dans les écoles respectives. À Albyn, Maude, Andréas, Baptiste et Maxime présentent le concours Robocup aux élèves écossais qui sont invités pour participer aux phases bordelaises. Deuxième prestation de la journée en anglais devant les élèves, félicitations  !

Vendredi 9 novembre

La première partie de la journée se passe au “Stratospheric Museum” centre expérimental. Après une visite libre où les élèves ont pu réaliser plusieurs expériences ludiques, ils participent à deux ateliers en langue anglaise.

Le premier porte sur la Robotique (tiens, tiens 🙂 ), avec plusieurs challenges à remporter, le second sur les énergies renouvelables, et plus particulièrement les éoliennes.

Nous déconseillons aux parents de laisser manœuvrer les élèves pour entrer leur voiture dans le garage, mais peut-être qu’un robot se pilote plus difficilement :-).

Félicitations aux auteurs de la technique “Arc de cercle”, ils ont réussi une épreuve qui n’avait à ce jour jamais été résolue.

Les élèves ont étudié les tensions produites par les éoliennes, en fonction du nombre de pales, de l’éloignement de la source de vent, de la longueur des pales.

Le retour se fait à pied par la plage, avec au fond un parc de  11 éoliennes ancrées en pleine mer, hautes de 191m chacune, et qui fournissent 70 % des besoins énergétiques de Aberdeen.

L’après-midi, nous nous rendons au musée maritime où les élèves vont devoir répondre à un quizz interactif via notre plateforme Chamilo. Les résultats seront intégrés au challenge “Scotland 2019” dont The Winner is…

 

 

Les lycéens de Saint-Cricq au village des sciences à Cap Sciences (Bordeaux)

Voir le reportage vidéo

Forts de leurs succès l’année dernière où ils ont représenté la France aux championnats du monde de robotique à Montréal, une délégation de 26 lycéens, de 2nde5, 1ère 5, T5, 1ère 4, T4 et 1ère 14, accompagnée de M. Mercuri, CPE et M. Verdier, enseignant de Sciences Physiques Appliquées, participent au village des sciences à Bordeaux.

L’objectif est de lancer l’année robotique avec en ligne de mire les compétitions académiques, nationales, européennes et pourquoi pas mondiale (Sydney n’est pas si loin 🙂

L’équipe organisatrice de Cap Sciences nous a réservé un accueil très chaleureux, mettant tout en œuvre pour faciliter le travail des jeunes. Et ces derniers ont pu, en exclusivité, tester la nouvelle animation “effets spéciaux dans le cinéma”, qui n’ouvraient au public que l’après-midi.

).

A 14h00 a lieu l’inauguration de l’exposition / manifestation en présence du Vice Président de Région Bernard Uthurry, qui n’a pas manqué de souligner dans son discours, la présence en nombre des lycéens palois.

Nos roboticiens ont pu longuement échanger avec les champions du monde Rhoban “Soccer humanoïdes” qu’ils avaient soutenus à Montréal, avec les membres de l’équipe “Soccer SSL”, et de nombreux étudiants et chercheurs bordelais (ENSEIRB, LABRI), mais aussi assister à des conférences, sur les androïdes, les émotions et les robots…

Pendant que les vétérans québécois de “On stage” présentaient leur spectacle en alternance avec les collégiens de Cadillac (que nous remercions pour leur prêt de matériel salutaire), les autres groupes faisaient de la veille technologique et des tests avec nos  nouveaux robots dans un cadre magnifique, sur une terrasse au bord de Garonne.

Ils ont pu aussi tester les robots Thymio mis à disposition par la ligue de l’enseignement et visiter le stand de “Génération Robots”, fabricant de nos Poppys et dont un ingénieur est mis à disposition du groupe académique “Robocup”.

 

Les collégiens de Cadillac et leur spectacle de “Dance Battle”.

Le soir, après un repas pris dans le quartier et le traditionnel “loup garou”, marque de fabrique des SESAA les groupes rejoignent leurs chambres.

Le dimanche, après le petit déjeuner, tout le monde se met au travail. La matinée est consacrée aux devoirs avant de repartir au village des sciences.

Une collaboration se met en place, entre les secondes, les premières et les terminales, “Mais que représentent géométriquement E et F”  ????

Robocup Internationale de Montréal

Sur ce blog, nous allons vous faire un compte-rendu quotidien de la participation des élèves du Lycée Saint-Cricq à la Robocup internationale qui se tient à Montréal du 16 au 22 juin 2018.

On a vaguement entendu parler qu”une autre compétition internationale se tiendrait aux antipodes, quelle est l’équipe qui représente la France qui ira le plus loin, suspense !

Vendredi 15 juin

Départ du groupe 1 au départ de Bordeaux. Et bien non, nous n’allons pas de suite à Montréal, nous décidons de faire un petit détour par Zurich, ses collines verdoyantes, son aéroport a plusieurs terminaux reliés par métro, nous y faisons une première préparation physique pour ne pas rater la correspondance. Il y a eu un peu le feu au lac…

Ca y est ! Enfin dans l’A330 de la Swissair qui nous mène à Montréal, 8h00 de vol nous attendent. On découvre que les suisses allemands “spreken deutsch”, et disent “merzi”.

Arrivée à Montréal, Maxime est bien parti pour y faire de nombreuses pompes… Laura a fait boguer l’automate de reconnaissance des passeports, verdict du policier québécois : c’est la plonge ce soir ! Mais la solidarité en décidera autrement.

Le temps de se changer et direction “Mural” une animation dans toute la rue où nous logeons, avec musiciens, expositions et restauration à emporter (Mais pour ce point nous avons prévu autre chose….) 18h00 à Montréal et minuit à Pau.

La bolo de Thomas ! Des pâtes très “al-dente”, nous avons décidé de faire un régime sans sel, sans pain. Laura, affamée n’a pas eu la patience de poser pour la photo. Au fait, c’est mieux de mettre les pâtes dans de l’eau bouillante :-). Autre information, ne pas laisser des pâtes à proximité de Baptiste où ce sera aussi un régime sans pâtes !

Samedi 16 juin

Groupe LV :

La journée a commencé très tôt au canada, 6h00 du matin. Premier challenge technologique : comment regarder un match de foot lorsqu’on a un superbe écran plat sans connexion à une antenne, sans box internet. La solution a été trouvée, assez instable elle nous a privé de la plupart des buts.

Après des courses à un supermarché pour le petit déjeuner, direction le palais des congrès. La journée est réservée aux compétiteurs adultes et nous ne pourrons pas trop y rester ;-). Juste le temps de rencontrer l’équipe Rhoban de Bordeaux, détenteurs du titre 2017 et les organisateurs francophones de notre périple.

L’endroit est immense, des centaines de robots sont en cours de montage ou de test. Les compétiteurs aident aussi à installer les terrains de foot. Au fond, notre scène, inaccessible pour le moment. Il y a beaucoup de lumière, ça va être un challenge dans le challenge.

Retour à l’appartement pour le déjeuner, un peu de repos et on se met au travail : contextualiser le conte mis en scène et scénariser le montage du matériel. Tout ça dans la bonne ambiance !

Vers 17h00, nous partons vers l’auberge Bishop accueillir l’autre groupe, nous faisons une pause au festival “Mural” où nous testons le sandwich au poulet Piri-Piri, ça pique…

Après avoir déposé les affaire à l’auberge de jeunesse, l’autre équipe étant encore dans dans les transports en commun, nous repartons pour le palais des congrès et suivons notre GPS qui nous mène vers la ville souterraine.

L’expérience est troublante, tout est désert, de grands couloirs, des halls immenses, dans lesquels nous ne croisons absolument personne. Il n’y a que peu d’indications pour s’y repérer, certaines sorties sont fermées, nous y croisons un vigile, dans une grande salle vide, qui n’est pas capable de nous expliquer comment trouver la sortie vers le palais des congrès. Ouf, ce n’est pas Jack Torrance ;-).

Après avoir enfin trouvé la sortie, nous arrivons au palais des congrès où nous croisons quelques membres de la délégation, nous avons raté de peu les “officiels” aquitains et décidons de repartir à l’auberge où nous attend le reste du groupe.

Ce soir, c’est Pizzas ! Un très bon burger situé à côté et testé l’année précédente a fermé, dommage !

Les deux groupes sont remodelés, les garçons en dortoir et les filles dans les chambres de l’appartement loué.

Le retour en bus est long, nous nous couchons à 23h00 locale, soit 5h00 française.

Demain commencent les choses sérieuses, l’installation du stand, les tests sur scène, la pression monte !

Groupe WM

Nous nous retrouvons à l’aéroport de Toulouse pour un vol direct vers Montréal.

Souriants dans la salle d’embarquement, enfin…

… juste pour la photo. Un petit Mario Kart en réseau.Chacun a occupé les 7h45 de vol à sa façon : films, jeux vidéos, discussions interminables avec les voisins de siège, …mais personne n’a dormi.  La journée va être longue.

Arrivés enfin sur le sol Canadien, nous avons bien récupérés toutes nos valises même les plus longues. Il fait 28° et grand soleil.

Dans le bus qui nous mène à l’auberge de jeunesse, les mines commencent à se décomposer. Certains les cachent derrière des lunettes de soleil.

Nous retrouvons nos comparses à l’auberge de jeunesse.

Premier repas sur le continent américain : des pizzas !!Nous terminons vers 21h heure canadienne (3h du matin heure française). Il reste encore les douches (nécessaires après cette longue journée) et inutile de vous dire que nous n’avons pas eu besoin de chanter de berceuses.

Dimanche 17 Juin

Premier petit déjeuner sur le continent Américain, c’est l’occasion de goûter à quelques spécialités  : porridge au sirop d’érable et tartine peanut butter jelly. De quoi être bien calé pour cette première journée de robotique !

Direction le Palais des Congrès où nous attendent plusieurs milliers de robots. La journée sera consacrée à l’installation, aux répétitions et aux briefings.

Après une bonne heure de queue nous avons pu nous installer à notre table. L’équipe est confinée dans une zone et ne peut pas communiquer avec le reste du groupe depuis celle ci. Des créneaux d’entraînement sont réservés pour l’après midi.

L’installation terminée, nous sortons nous aérer dans le quartier chinois (autour du palais des congrès) et après un copieux repas c’est l’heure  des répétitions.

Tous le monde est au travail. Il faut finir la présentation technique et préparer l’entretien qui auront lieu demain. Les représentations ne commenceront que mardi.

Après cette journée “climatisée” nous rentrons manger à l’appartement des filles. Tout le monde met la main à la pâte. Nous mangeons enfin des légumes !!!

Le repas est l’occasion de relever quelques tics de langage des jeunes. “Du coup, tu vois c’est ouf genre mec j’hallucine”.

Tout le monde met la main à la patte !

Enfin l’heure du festin !

Le petit Andréas en profite pour grandir d’un an et a l’immense privilège de souffler une bougie virtuelle…nous sommes en plein dans le monde du numérique. Joyeux anniversaire !!!

Le retour à l’auberge se fait dans le calme. Attention il faut s’arrêter à la bonne station !!

Montréal by night.

La nuit sera -t-elle plus longue que la précédente ? Pas sûr… une problématique délicate apparue en fin de journée est dans la tête de tous les jeunes.

Lundi 19 juin – Les choses sérieuses commencent !

Après une nuit un peu stressante pour tous, et avec l’aide de notre soutien logistique resté à Pau nous prenons la décision d’acheter un onduleur informatique autonome, mais pourquoi donc ?
Contrairement à ce que nous avions fait en France, il est impossible d’utiliser du matériel qui ne soit pas électriquement autonome. Et le spectacle reposant sur le principe d’ombres chinoises, dimanche soir tout était fichu… Après discussion avec nos partenaires français, nous trouvons un financement pour cet achat. Merci à la Fédération Française de Robotique !

La matinée, l’équipe principale prépare sa prestation technique qui va avoir lieu à 14h14 (précise 🙂 ), pendant qu’un autre groupe est en charge de faire un compte-rendu sur l’organisation à destination de la future Robocup 2020 qui se tiendra à Bordeaux (et oui le comité a décroché l’organisation !). Pendant ce temps, un troisième groupe part à la chasse à l’onduleur.

A 13h00 a lieu un nouvel entraînement et après plusieurs répétitions a lieu l’épreuve technique.

Et l’épreuve arrive enfin !

Les filles à la coupe du monde de Robotique, “Elles bougent” ;-).Nous décidons ensuite de profiter d’une météo clémente pour aller visiter le vieux Montréal et le monter au Mont Royal.

La vue est magnifique, le ciel est menaçant et Zeus n’attend plus qu’une bonne raison pour se déchaîner…

Et là, le drame…

Nous nous réfugions dans le “Chalet” du mont royal le temps que les éléments se calment…

Le soir, Nathan pour se faire pardonner nous fait une super Tortilla, après 3 heures de préparation, nous la dégustons enfin, il est 22h30, soit 4h30 française… les yeux piquent. Tout le monde au lit car demain commencent les choses sérieuses ! Vont-ils mettre le feu ???

Mardi 19 juin

Le jour J, celui de la première représentation officielle, tout est prêt, la chaleur monte avec le stress partagé par nos champions comme par leur staff technique, les enseignants.

Une dernière photo des concurrents et la compétition commence, le matin ce sont les “Preliminary” et l’après-midi les “Advanced” dont nos élèves font partie.

En attendant leur horaire de passage, notre quator répète la mise en scène et l’oral d’introduction. Ils sont fin prêts, aura t-on enfin une journée où tout se déroule comme prévu ???

Les élèves sont au pied de la scène, les robots démarrés, la musique et la vidéo sont calées, tout le staff aquitain est venu supporter notre équipe, et là…Et bien non, nos amis allemands en ont décidé autrement, une de leur batterie Li-PO prend feu, leur robot prend feu, une épaisse fumée couvre les stands de préparation des robots et la salle est évacuée.

Nous tenons à noter le civisme de nombreux participants, qui se ruent vers l’incendie. Pour pour utiliser les extincteurs à proximité ? Non, pour filmer la scène, ils auront sûrement beaucoup de “like” sur les réseaux sociaux !

Et vient la prestation…

Quelques blancs pour maintenir le public en haleine, le système qui doit être redémarré suite à un petit bug de manipulation, et nos lycéens se lâchent, et ça fonctionne ! Même le jury se prend au jeu et applaudit en rythme sur notre Cloclo national :-).

Les jeunes ressortent vidés, physiquement et émotionnellement, mais ils ont géré avec brio une situation extrêmement difficile. Face à tous ces aléas, malgré la pression de se produire aux phases mondiales de la Robocup, la démonstration a tenu dans le temps imparti et était de qualité ! Tout le staff aquitain, dont un voisin d’Oloron ;-), vient les encourager. Les concurrents portugais, américains, viennent les soutenir, un grand moment d’émotion,

Nous décidons ensuite d’aller oxygéner toute la troupe.

Une pause place Jacques Cartier, où nous nous régalons avec une spécialité québécoise, la glace trempée.

Nous allons ensuite faire les courses pour l’habituel dîner, 12 ados à table, ça mange beaucoup !Ce soir c’est pâtes carbonara, Nous surveillons Nathan de prés car nous ne voulons pas finir à pas d’heure.

Et pendant ce temps les autres se préparent psychologiquement à l’épreuve “vaisselle-nettoyage de la cuisine”Enfin les choses sérieuses :

Baptiste et sa redoutable phrase “quelqu’un veut encore…”, avec lui fini les doggy bags, nous ne détaillerons pas plus afin de ne choquer personne.

Après la vaisselle, tout le monde au lit. Demain second passage, mais que va t-il encore se passer ???

Mercredi 20 juin

Retour aux “paddocks” pour vérifier que tout le matériel fonctionne bien, pendant ce temps le reste de l’équipe visite les stands et s’amuse avec le successeur du célèbre NAO français.

Enfin vient l’heure de la représentation, les supporters sont prêts ! Et la superbe prestation des élèves de Saint-Cricq.

Pour le plaisir la représentation de nos amis portugais qui ont ensuite constitué la “Super Team” avec nos élèves et une équipe croate.

Et pendant que la “SuperTeam” travaille, nous allons à une réception sur le toit du palais des congrès organisée par la société I-Robots, qui fabrique le robot aspirateur Roomba sur lequel le lycée a fait un thème académique  de bac du temps de la filière STI-électronique. Au menu sushis.

Et enfin vient la soirée “Junior Party” une ambiance de feu, tous se sont amusés, loin des problème géo-politiques de leurs aînés…

D’abord, un superbe concert de percussions :

Et la fête commence !

Jeudi 21 juin

Grand jour, celui des finales des adultes, des prestations “Superteam” sur lesquelles travaillent toutes les équipes engagées (nos trois équipes junior de l’académie).

Et nos jeunes font un spectacle de qualité, où nous ne pouvons plus distinguer les équipes nationales, avec une réelle mise en scène et chorégraphie mettant en oeuvre les plateformes techniques des trois groupes initiaux. Superbe.

S’ensuit la publication des résultats, et la déception de nos jeunes comme de leurs enseignants. 60% de la note portait sur la technique et c’était notre point faible. On est tout de même félicité pour le fair-play, pour l’originalité du spectacle.

La “Superteam” n’apportera pas de titre non plus, et pourtant ça a bien tourné…

Et maintenant, il faut ranger le stand, une énorme aventure prend fin…

Peu de temps après nous assistons à la finale de la coupe du monde de Football France- Iran (et oui on y était 🙂  ).

Et l’équipe bordealaise gagne, le match a été plein de suspense, d’humour, à voir !!!

Une petite photo avec toute les équipes jeunes et leurs enseignants et les remerciements des élus de la délégation.

En fin de journée, nous regagnons l’auberge Bishop où un petit quartier libre est donné aux jeunes (il y a un magasin de skate pas loin, les valises vont être un peu plus lourdes).

Ce sera soirée Pizza. Les enseignants rencontrent les palois qui ont créé cette auberge de jeunesse, anciens élèves de Saint-John Perse, de Jacques Monod et de Louis Barthou, un peu de Béarn en Québec !

Coupe académique RoboCup 2018 – Direction Montréal !!!

Le Rectorat de Bordeaux finance le départ de 5 élèves et un enseignant et nous voudrions envoyer le groupe complet. Cela fait 6 à 7 personnes supplémentaires, pour nous aider à porter haut et fort les couleurs de Pau, de la Région Aquitaine et de notre pays, contactez M. Mercuri  : fse.saint-cricq@ac-bordeaux.fr / Dossier_sponsors_Projet-2

Le jeudi 3 mai 2018 se tenait la première coupe académique Robocup avec à la clé une sélection pour l’épreuve mondiale se déroulant à Montréal du 16 au 22 juin. Deux équipes de la Section Européenne Scientifique Anglo-Allemande participaient, l’une dans la compétition “Rescue” et l’autre dans la compétition “On Stage”.

Les élèves ont travaillé sur ces deux projets plusieurs mois durant. Ils sont venus pendant les vacances de février, de printemps, les mercredis après-midi, les 13-14 de disponibles, et les créneaux gentiment libérés par les autres enseignants. Il avait été décidé de concourir aux deux épreuves avec des robots Poppy Ergo Junior développés par l’INRIA de Bordeaux, et mis à disposition par le Rectorat et l’INRIA.

La salle fameuse salle GalaXess, antre de tous les projets SESAA, Jordan, tu n’y aurais pas oublié quelque chose ?

Le jour J l’équipe est partie en bus à l’école d’ingénieurs ENSEIRB-Math-Méca (Bordeaux) :

Tout le monde a la ceinture !!!

En plus de la compétition, le lycée tenait un stand où les élèves exposaient toutes les productions robotiques et informatiques des années et des promotions précédentes. Avec bien sûr la star “Pharmabot”, lauréat du concours Educaduino 2014, mais aussi les “AstroPi” dont le programme a été testé en 2017 par Thomas Pesquet dans l’ISS ou bien la main robotisée ayant servi de support aux TPE et au projet d’ISN.

Le stand a été magistralement tenu par Kevin, l’encyclopédie de nos projets.

L’équipe “Rescue” a buté sur des bugs matériels déclenchés la veille et malgré un travail acharné n’a pas pu réanimer “Scorbot”.

L’équipe a tout de même été félicitée pour sa prestation technique mettant en œuvre des solutions développées dans l’établissement pour cette compétition.

L’équipe “On stage” a elle débuté par un oral où le multilinguisme des élèves de la section a porté ses fruits ( les élèves ont été interrogés en français, anglais, allemand). Elle a ensuite enchaîné par une prestation scénique comportant quelques imperfections, principalement dues au stress et à l’excitation du moment.


La pause méridienne a été entièrement consacrée, dans l’espace réservé à l’entraînement, à corriger toutes les petites erreurs :

La seconde représentation a été quasiment parfaite !

Et au final tout est dans cette vidéo :

http://www.saint-cricq.com/~streaming/video/AnnonceRozbot.mp4

Nous avons gagné et sommes qualifié pour la coupe internationale de Montréal ! ( au Canada 😉 ).

Félicitations à toutes et à tous :

Maxime (2nde5), Laura (2nde5), Clémence (2nde5), Baptiste (2nde5), Nathan (2nde5), Fany (2nde5), Andréas (2nde5), Thomas (2nde5), Kevin ( Tle5), Maude (2nde5), Pauline (1ère5), Lucas (Tle5), Vincent (2nde5), Loup ( Tle5), Théo (1ère5). Mais où est Damien ???

Et merci aux Poppys et à tous ceux qui nous ont encore une fois fait confiance 😉 .

Le Rectorat de Bordeaux finance le départ de 5 élèves et un enseignant et nous voudrions envoyer le groupe complet. Cela fait 6 à 7 personnes supplémentaires, pour nous aider à porter haut et fort les couleurs de Pau, de la Région Aquitaine et de notre pays, contactez M. Mercuri  : fse.saint-cricq@ac-bordeaux.fr / Dossier_sponsors_Projet-2

Les projets des élèves de la formation SESAA

Depuis la mise en place de la formation “Section Européenne Scientifique Anglo-Allemande”, les élèves et enseignants de cette section (M. Metref et M. Verdier) participent à des concours mettant en œuvre des compétences scientifiques, alliant Physique, Astrophysique, Informatique et communication. Ces projets menés en dehors des cours permettent aux élèves de développer leurs capacités à travailler en groupe, leurs connaissances et savoirs-faire scientifiques et technologiques.

2014

Concours Educaduinov-Eurosmart

  • Projet GalaXess : mesurer l’expansion de l’univers grâce à une caméra embarquée à bord d’un ballon sonde navigant dans la stratosphère
  • Résultats : projet présenté à Paris en juin 2014 mais non mené à terme en raison du durcissement des règles de lâcher de ballons à l’Hélium

2015

Concours Educaduinov-Eurosmart

  • Projet Pharmabot : réalisation d’un Robot autonome couplé à un distributeur de médicaments. Le Robot va quotidiennement chercher les médicament au distributeur et les amène au lit du patient. Le déplacement se fait via un suivi de ligne au sol.
  • Résultats : vainqueurs du concours et gain d’une imprimante 3D

2016

Concours Educaduinov-Eurosmart

  • Projet CaecusNov : réalisation d’un canne intelligente pour personne mal voyante. Connectée au smartphone et équipée de capteurs, elle signale les obstacles qui ne seront pas obligatoirement perçus à l’aide d’une canne classique (à demi-hauteur par exemple).
  • Résultats : troisième place du concours

2017

Concours AstroPi ESA-CNES

  • Projet GalaXess Reloaded : développement d’un programme qui à l’aide de la mesure du champ magnétique à bord de la station spatiale internationale (ISS) peut calculer la vitesse et l’altitude de la station. Il es exécuté sur un ordinateur RaspberryPi qui dispose aussi d’un capteur d’humidité et détecte l’entrée d’un astronaute dans le module Colombus. La mise au point du système s’est faite à bord d’un TBM de l’entreprise Daher-Socata avec la collaboration du chef pilote d’essai Stéphane Jacques.
  • Résultats : Le programme a été reconnu d’intérêt scientifique majeur par l’Agence Spatiale Européenne et a été testé par Thomas Pesquet dans l’ISS en mai 2017.

2018

Concours AstroPi ESA-CNES

  • Projet GalaXess Revolution : amélioration du programme testé dans l’ISS en 2017 pour une meilleure analyse des champs magnétiques et à partir d’une trajectoire modélisée et de cette analyse, détecter le pays survolé par la station spatiale internationale.
  • Résultats : Le programme a été validé par l’ESA et testé dans l’ISS. Actuellement, les élèves analysent les données qui ont été enregistré durant son exécution.

Concours RoboCup – Onstage “Rozbot”

  • Projet Rozbot : mettre en place une chorégraphie mélangeant humains et robots lors de la finale régionale en mai 2018 avec une finale nationale deux jours après à Paris et une finale mondiale fin juin à Montréal. Les élèves ont choisi de mettre des robots Poppy Ergo Jr en scène.
  • Résultats : Les élèves ont gagné l’épreuve et sont qualifiés pour la finale mondiale à Montréal en juin 2018.

Concours RoboCup – Rescue “Scorbot”

  • Développer un robot autonome capable de franchir différents obstacles afin d’aller secourir des victimes et de les déposer en lieu sûr.
  • Résultats : les affres de la Robotique, mêlant programmation, mécanique et électronique  ont sévi. La veille de la compétition, Scorbot a cessé de fonctionner. Les élèves ont toutefois beaucoup travaillé sur ce projet. Félicitations !

Séjour scientifique en Allemagne SESAA 2017-2020

Nous allons sur cette page vous tenir informés des péripéties de notre nouvelle promotion SESAA 2017 tout au long du séjour en Allemagne.

Dimanche 26 novembre 2017

Le repas a été pris avant le contrôle afin d’éviter de priver les jeunes de compotes et autres liquides. Merci pour les carambars (F – 10,2km NE P).

Le contrôle des passeports s’est effectué sans encombres notoires. inévitablement, malgré les consignes maintes fois répétées, il restait une bouteille pleine dans un des sacs (V – 12km E- P).
Nous avons eu droit à petit concert de piano, merci ! (N. 22,8km NNE P).
Embarquement dans les prochaines minutes, la suite du compte rendu après le vol.
Nous sommes en Allemagne et dans le train direction Marburg. Traverser l’aéroport de Frankfurt,  un des plus grands aéroport d’Europe, avec 30 élèves tout en gérant les pauses “techniques” et avec un train à prendre dans l’heure peut relever de l’exploit. Le compte y est :-).
La carte d’identité oubliée dans l’avion a même été retrouvée ! (D. – 10,2km NE P)

Deuxième changement de moyen de transport : le S-Bahn (RER). Nous rejoignons ainsi la gare principale de Frankfurt.

Il est 15h30 lorsque nous prenons le train direction Marburg : le soleil est bien bas. Aucun doute nous sommes plus au Nord et plus à l’Est.

Les voyageurs ont bien du mal à se frayer un chemin au milieu de l’amas de bagages que nous créons. Difficile de passer inaperçu !

Après 20min de marche de nuit, en partie sur des pavés et avec des valises plus ou grandes (A. – 7km E P), plus ou moins lourdes, plus ou moins cassées (record battu, la première casse a eu lieu avant de sortir de la gare, L. – 2km N P) et qui roulent plus ou moins bien , nous atteignons l’auberge de jeunesse.

Le fond de l’air est frais mais pas froid : nous sommes presque déçus.

Premier repas à l’auberge de jeunesse. Mais la journée n’est pas finie !

Direction le centre ville pour une première reconnaissance avant le jeu de piste qui aura lieu … dans la foulée.

La montée jusqu’au château n’entame pas leur motivation. Nous redescendons sur la place de l’ancienne mairie pour donner le coup d’envoi du jeu de piste. Les équipes sont constituées et chacun est prêt à partir sur les traces des frères Grimm.

Die 6 Zwergen

 

Die verrücktem Bearen

 

Die Schumi

 

Die Elfen

 

Limonat

 

les Gretel

Après cette fraîche soirée, nous rentrons à l’auberge de jeunesse pour un repos bien mérité.

Les traditionnelles “tables” ont bercé certaines chambrées…

 

Lundi 27 novembre 2017

La journée commence bien avec de magnifiques tables, la plus belle :

Une matinée studieuse nous attends. Au programme : devoirs de Français et révisions pour LE fameux contrôle de physique en Anglais et en Allemand…

C’est ensuite le départ pour Giessen et son Mathématikum. Ferait-il froid pour que les élèves s’agglutinent ainsi ?

Enfin débute la première visite scientifique, avec de la mécanique appliquée à la construction :

On ne dira rien sur l’état final du pont 😉

Comment déchiffrer un message ? Y aurait-il un papa informaticien ? Des futurs Turing ? Enigma trône derrière…

Les maths, c’est planant !

Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas…

Faire un T n’est pas si facile !

Le soir venu, le classique et indémodable devoir de physique, sans qui ce voyage scientifique perdrait toute sa saveur … et

Un anniversaire surprise, avec un gâteau exceptionnel !

Le jeu fétiche de de la SESAA, le Loup Garou, a clôturé la soirée.

Mardi 28 novembre

Par un matin froid et pluvieux le groupe a quitté sa première auberge de jeunesse pour se rendre dans l’antre de la chimie, là où tout se transforme, le Chemikum.

Dès l’entrée, les élèves retrouvent une connaissance devenue une spécialité pour certains :

Le groupe au complet, prêt à en découdre avec les tubes à essais et autres béchers !

“La chimie c’est ce qui explose et qui sent” est-il écrit au niveau de cette expérience, Mattéo confirme !

Nous y avons rencontré un alchimiste, et transformé une pièce de 20 centimes € en pièce d’or !

Et c’est avec grand regret que nous quittons ce lieu magique pour nous précipiter dans le train, direction Frankfurt !

Certains en profitent pour lire la presse, “Die Welt” en version française ;-). Vient ensuite la visite du musée des communications, deux visites en parallèle ont lieu, une en anglais et l’autre en allemand.

Le groupe des germanistes avec en arrière plan, gravé sur la pierre, le premier écrit : le fameux code d’Hammurabi. Nous y avons trouvé la citation suivante : “Au Loup Garou tu ne tricheras pas sinon une table tu copieras” puis “L’extinction des feux tu respecteras, sinon le prof hantant le couloir tu rencontreras, et la table tu copieras”. Les mésopotamiens étaient vraiment en avance !

Attention, la séquence qui va suivre va être difficile pour les parents et autres adultes qui lisent cet article, les élèves ont découvert les téléphones à cadran, et leur utilisation fut complexe, nous nous sentons d’un seul coup vieux, très vieux …

Et la fameuse Enigma avec une petite pensée pour Alan Turing :

C’est ensuite la course vers Marburg pour aller chercher les valises et repartir vers Kassel, la ville de l’astrophysique.

On en profite pour réparer les petits bobos… des valises :

Arrivée à l’auberge de jeunesse de Kassel après une promenade de santé de quelques km sur les pavés :

Quand on aime on ne compte pas :

Mercredi 29 novembre

La journée commence par une conférence d’astrophysique au SFN (centre de recherche scientifique pour les jeunes) avec le spécialiste Jörg Steiper. Le thème du jour, les exoplanètes.

Deux élèves allemands présentent leurs travaux à l’Observatoire de Haute Provence, en anglais et en allemand.

Nous revenons ensuite à l’auberge de jeunesse pour une suite de matinée très studieuse, concevoir un reportage vidéo anglo-allemand relatif à la conférence du SFN, toutes les astuces sont permises.

L’après midi nous nous rendons au planétarium de l’Orangeraie où nous commençons pas étudier le pendule de Foucault puis visitons le “Kabinet” d’astrologie. Vient ensuite une séance avec une projection à 360°, qui en en bercé quelques uns…. La fatigue commence à se faire sentir.

Après une visite au marché de Noël nous rentrons à l’auberge de jeunesse pour continuer de travailler sur les reportages vidéo, manger, et chasser le loup blanc… Les voleurs ont été exceptionnels !

A demain !

Jeudi 30 novembre 2017

La journée a commencé par une visite du musée des techniques de Kassel : le Technik Museum Kassel. Ce musée est le fruit du travail de nombreux bénévoles, pour la plupart d’anciens ingénieurs. Il est situé dans l’ancienne usine de locomotives “Henschel”. D’années en années, leur collection s’agrandit  pour occuper maintenant deux hangars. Et ce, pour le plus grand plaisir des visiteurs.

Le principe du moteur à 4 temps suivi de la machine à vapeur, d’un certain Denis Papin qui a fui la France de la révocation de l’Édit de Nantes :

Les camions de pompiers “Henschel” dont certains étaient carrossés par Renault-Berliet

Visite d’un wagon sanitaire avec deux blocs opératoires à bord.

Les élèves aux commandes du Transrapid, train à sustentation électromagnétique, qui roule à plus de 400 km/h sans aucune vibration. Encore en service… en chine.

Back to the past, dans un wagon première classe du tramway de “Cassel” au début du 20ème siècle. Ce wagon a été sauvé de la destruction par l’association.

Une locomotive Henschel en service en Argentine, 6 heures sont nécessaires pour la montée en température, des tonnes d’acier au service du transport, la bête humaine.

Des voitures de course de la formule Volkswagen, véhicules construits par des étudiants :

En fin d’après-midi, nous quittons Kassel pour Göttingen, où les familles nous attendent le premier contact est assez étrange ! A gauche les allemands, au milieu les profs, à droite les français. Qui va commencer le Haka ?

Vendredi 1 décembre 2017

Départ à 9h00 de la gare de Göttingen vers Goslar. Aprés une visite rapide de la ville et de son marché de noël, nous traversons la ville médiévale en bus pour nous rendre dans la mine du Rammelsberg, la ville comme la mine sont classées au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les élèves sont émerveillés devant la beauté des bâtiments, quel plaisir de voyager !

Nous commençons par nous restaurer dans la salle des pendus.

Vient ensuite la visite des mines, actives plus de 1000 ans pour extraire l’or, l’argent, le cuivre, le zinc et le plomb.

 

5 min pour arracher une “pépite” de 2 cm de pierre,  peut mieux faire ;-).

WE en famille au marché de Noël le samedi et sous la neige le dimanche.

Lundi 4 décembre 2017

Rendez-vous dans le forum de l’IGS :

Suivent des jeux pour les français et allemands :

Suivis d’un dernier discours du Proviseur de l’IGS, qui nous accueille depuis 2010 et part à la retraite en fin d’année scolaire.
Il nous fait part, en français et avec beaucoup d’émotion, des ses craintes quant aux montées de certains partis politiques en Europe, Amérique comme en Asie qui portent des valeurs contraires à celles que promeuvent les échanges scolaires internationaux.

Merci M. Wolfgang Vogelsaenger, nous regrettons de ne pas avoir enregistré son discours.

Nous partons ensuite pour la mairie où nous sommes accueillis par un adjoint au Maire de Göttingen et par Frau Ropeter, chargée du jumelage entre nos deux villes.

Vient ensuite la visite de la ville, sous la pluie.

L’après-midi est consacrée à la visite du Max Planck Institut et de son unité de recherche sur le soleil, les planètes et des astéroïdes.
La visite est conduite par deux chercheurs, en langue allemande et anglaise.

Pour commencer, l’extraordinaire aventure européenne de Tchoury, Rosetta et Philaé. Un double de l’atterrisseur est même exposé.

Une salle de préparation des objectifs destinés à la mission d’observation solaire européenne. Poussière interdite, les normes sont très strictes (ISO5->ISO8) en fonction de l’usage des objets assemblés.

Les missions martiennes,  avec des explications sur les doublures des matériels envoyés dans l’espace. Elles restent sur Terre mais sont soumis à à peu prés les mêmes contraintes pour estimer leur vieillissement.

Une chambre de test des matériels (mécanique et électronique). Ils sont soumis aux contraintes de l’espace, le vide, les températures allant de -200°C à 100°C et  les rayonnements.

Mardi 5 décembre 2017

C’est la journée à Wolfsburg avec les élèves allemands. Elle commence par la visite du Phaeno, star des musées allemands où tous les domaines scientifiques sont abordés.
De la thermique à l’électromagnétique, en passant par l’optique ou la génétique. Chacun peut y trouver son bonheur, s’il prend la peine de le chercher.

Vient ensuite la visite de l’Autostadt, le parc d’attraction automobile du groupe WAG. Après avoir passé une grande partie de la journée à profiter du musée scientifique, nous n’y passons que 3/4 d’heure.

Le temps de trouver le babyfoot Skoda qui n’a toujours pas de balles…

Et la star des vacanciers itinérants, le “bulli” en Allemagne, le combi en France.

Retour à Göttingen à 19h00.

Mercredi 6 décembre 2017

Dernière journée scientifique et visite au Xlab, un laboratoire universitaire dédié à l’enseignement des sciences aux lycéens. On y trouve les départements de biologie, de physique, de chimie et de bio-physique. 4 groupes sont faits avec un mélange des allemands et français : ADN, Radioactivité (2 groupes), et luminescence. Pour une première ça a été une réussite, les cours et les expériences sont totalement adaptés au niveau des élèves tout en leur permettant de découvrir des concepts parfois très complexes.

C’est avec le XLAB que se termine le périple scientifique des secondes SESAA 2107, avec pas moins de 9 centres visités. Vive les sciences !

Voyage en Écosse 2017

Depuis ce lundi 6 novembre les élèves de la formation SESAA – 2016-2019 effectuent le voyage retour en écosse dans le cadre de l’échange avec le “Gordon College” et “l’Albyn School” d’Aberdeen.

Cette année point de concours de cuisine comme l’année passée, les élèves sont tous accueillis dans des familles écossaises.

Un challenge photographique a été lancé, nous ne manquerons pas à en publier des extraits 😉

Ci-dessous un petit reportage photo de ce séjour.

Lundi 6 novembre – Voyage aller.

La première partie en bus est joyeuse, quel plaisir de s’envoler vers l’étranger !

Arrivée à l’aéroport, nous déjeunons sur place, inutile de devoir laisser une partie du repas au contrôle de sécurité.

Viens ensuite le vol vers Amsterdam… désolé de ne pas pouvoir fournir te photos, mais l’avion bougeait bien trop et elles sont toutes floues !

Le vol de Amsterdam vers Aberdeen a été beaucoup plus paisible, une fois sur place, un bus affrété par les deux écoles a amené les français à leurs correspondants. Une partie des élèves du groupe sont appairés avec les élèves d’Albyn School, et l’autre avec les élèves de Gordon Collège.

Mardi 7 novembre – matinée en classe et après midi ludique dans Aberdeen.

  • Albyn School

Les élèves français arrivent avec leurs correspondants qu’ils vont suivre en cours toute la matinée :

Ils ont même des cartes pour accéder à la cantine (préoccupation première des français à l’étranger bien entendu !)

Des efforts vestimentaires notables ont été faits, félicitations !

“Skyfall” au piano à queue avant une répétition de Jazz, voilà une idée pour Saint-Cricq !

Cours d’allemand avec les correspondants, Arnaud en a attrapé un mal de tête… Mention spéciale pour Théo qui a produit une dissertation de plus de 2 pages (en anglais 🙁 ) sur les avantages et inconvénients de l’internet.

Cours de français avec notre correspondante de cet établissement. Le principe est un jeu de plateau où les questions sont en français mais les réponses dans la langue du correspondant. Maëlys a beaucoup apprécié de répondre à la question “comment sont tes relations avec tes professeurs”. C’était suspect !

Après le repas, Eliot est pris d’une crise d’allégresse à l’idée d’aller faire une chasse au trésor. Ça touche ???

  • Gordon College

La matinée au Robert Gordon’s College commence par l’accueil du proviseur adjoint … en anglais bien sûr.

Les questions se succèdent… les élèves ont des sueurs froides et se font passer la patate chaude.

 

Les chemises étaient de sortie. Mais cela n’a pas suffi pour passer inaperçu … peut-être que certains iront jusqu’à porter l’uniforme de l’école ?

Crooked lane est l’aile de l’école dédiée aux Modern Languages

Chasse au trésor dans Aberdeen, le top départ est donné à Castle Gate…

Les consignes sont écoutées attentivement.

Nous traversons des lieux pleins d’histoire. Les indices se cachent dans les détails…

Une cérémonie, suivie d’une parade en l’honneur des morts de la première guerre mondiale sont au programme après la fin des cours.Les “bagpipes” y sont à l’honneur. Il n’y a pas d’âge pour en jouer…


Demain, nous avons rendez vous avec l’Histoire…

Mercredi 8 novembre : Edimburgh

Une belle journée s’annonce sur Union Street, les “Champs Elysées” d’Aberdeen. Les élèves affluent vers leur établissement de rattachement puis nous partons pour Edimburgh.

Après 3h de bus nous arrivons au pied du château, théâtre de nombreuses batailles et demeure de nombreux souverains.

Perché sur un volcan éteint, la vue y est imprenable.

Parés de leur audioguide, les élèves partent à la découverte de l’Histoire d’Écosse. Ils y découvrent les liens qu’elle a avec celle de France.

Ils auront le privilège d’approcher les joyaux de la couronne dont le chemin jusqu’au château fut tortueux. Ils ont notamment séjourné au château de Dunnottar avant d’en sortir très discrètement en trompant les assiégeants.

Nous redescendons en ville pour rejoindre le Musée d’Histoire Naturelle. Sur le chemin nous nous arrêtons devant un café très particulier. C’est ici que J.K. Rowling a passé une bonne partie de son temps à écrire son best seller : Harry Potter.

Le Musée d’Histoire Naturelle est un bâtiment impressionnant et abrite une large variété d’espèces plus ou moins anciennes.

Love at first sight.

Nous avons le privilège de rencontrer “en chair et en paille” la plus célèbre des brebis : Dolly !

Avant de reprendre le bus, nous rejoignons Princess Street pour un quartier libre bien mérité.

Demain nous quittons la ville pour la campagne : un peu de plein air nous fera le plus grand bien…

Jeudi 9 novembre : Dunnottar Castle, Aberdeen Maritime Museum and Ceilidh

À une demi heure de route d’Aberdeen, Dunnottar Castle se niche sur un éperon rocheux. Construit à partir du XIIIème siècle, c’est en 1652 qu’il résista aux troupes de Cromwell lors d’un siège qui dura huit mois. Il abritait à cette époque les fameux “Honours of Scotland” (joyaux de la couronne) qui durent être discrètement extraits.

La beauté du lieu, lui a notamment valu de servir de décor à Hamlet.

Nous arrivons un peu en avance et les occupations sont variées :

Le château apparaît progressivement.

 

L’approche se fait dans la bonne humeur.

Nous attendons que l’unique accès ouvre. Certains en profitent pour manger alors qu’il n’est que 10h. Certaines habitudes du voyage en Allemagne seraient elles en train de refaire surface ?

À cinq dans la prison qui a vu s’entasser plus de 160 détenus, ils ne se doutent pas qu’ils vont rencontrer le fantôme du château !

Nous ressortons du château par le même chemin et décidons de rejoindre le petit port de Stonehaven à pied. Le paysage est époustouflant.

À mi chemin nous passons à proximité d’un mémorial de la première guerre mondiale érigé en 1922. Nous décidons de gravir les quelques mètres de dénivelé restants pour l’atteindre.

Le peu de temps qui nous reste avant de reprendre le bus permet à certains de compléter leur pique-niques avec le fameux Fish and Chips (with salt and vinegar please). Les meilleurs de la région parait-il.

Notre prochaine étape se situe au centre d’Aberdeen. Le bus nous conduit donc au Maritime Museum :

“Et pourtant elle tourne…”

Muni d’un quizz, ils arpentent le musée qui retrace notamment la conquête pétrolière offshore.

Certains commencent à porter des couleurs locales.

Chacun retrouve ensuite son correspondant à Albyn School ou au Robert Gordons College, mais la journée n’est pas finie…

Nous avons rendez-vous à 18h au MacRobert Hall du Robert Gordons College pour une initiation à la danse écossaise : le Ceilidh.

Tout le monde s’est impliqué à son maximum pour exécuter ces chorégraphies avec plus ou moins de réussite :-). Julien et Eliot ont vraiment le rythme dans la peau au dire des autres élèves !

L’ambiance était exceptionnelle et les tenues presque traditionnelles. Lors des entractes ponctuant cette danse assez physique, la fraîcheur et l’humidité écossaise sont les bienvenues !

Nous en profitons pour remercier très chaleureusement nos collègues écossaises Ms Brogan, Ms Gooder and  Ms Cook pour l’organisation de cette soirée et de l’ensemble du séjour qui se déroule à merveille.

Après cette grosse journée (plus de 15km à pieds pour certains), le repos est bien mérité.

Pour demain il faut avoir la classe en classe et ne pas oublier que la géophysique c’est fantastique !!

Toujours pas de Highland cow en vue ! Qui relèvera le défi ?

Vendredi

Le vendredi matin les élèves étaient en cours, à Albyn ils ont pu assister à des cours d’allemand (quel plaisir de mélanger ces deux langues cousines !), de français, d’informatique…

L’après-midi nous avons eu le grand plaisir d’accueillir M. Alan Irving du groupe Total qui est venu à Albyn pour faire une conférence sur la géophysique, la prospection et l’exploitation d’hydrocarbures.

Cette journée était aussi la journée du bon goût pour les élèves français, et ils ont vraiment joué le jeu, félicitations !

“Le clan Albyn”

“Le clan Gordon”

Samedi – Dimanche : en famille à la recherche des Highland Cows et d’uniformes des écoles 😉

 

Voyage Scientifique en Allemagne – 2016

Le rendez-vous était fixé à 7h00 devant le lycée, il faisait nuit et doux. Entre excitation et appréhension, les élèves de seconde de la nouvelle promotion SESAA était tous là à attendre le bus avec impatience.

Dimanche 20 Novembre 2016 : L’aller…

Après les embrassades et des au revoir plus ou moins appuyés, nous démarrons direction Toulouse. Le voyage scientifique en Allemagne est officiellement lancé ! Vous pourrez suivre nos aventures sur cette page.

Le jour se lève et l’ambiance est détendue.

dsc_3888

Le marquage des valises à l’aéroport.

img_8797 img_8798

Cette année encore les téléphones semblent greffés. Arriveront-ils à s’en détacher ?

img_8799

Après 1h30 de vol, nous attendons un premier train pour rejoindre la gare principale de Francfort.

img_8801

Ensuite, direction Marburg, nous rentrons dans un train qui est sur le bon quai et qui démarre à l’heure prévu. Tout semble aller pour le mieux… jusqu’à ce que nous nous rendions compte que le train va se scinder en deux et que nous sommes dans la mauvaise partie ! Branle-bas de combat pour changer de wagon. dsc_3892

Nous arrivons finalement à Marburg et après 30 min de marche avec les valises et quelques pavés nous prenons possession de nos chambres.

Notre premier repas en Allemagne se fait dans la bonne humeur !

dsc_3896 dsc_3897 dsc_3899

S’en suit une balade dans la ville de Marburg (avec montée au château). Attention il faut être attentif car un jeu de piste est prévu dans les jours qui viennent. Première règle : suivre les professeurs qui, eux, connaissent le chemin. Dur, dur de la respecter…

dsc_3901 img_8812 img_8813 img_8815Cette balade nocturne aura-t-elle eu raison de l’enthousiasme des jeunes ? Réponse demain…

Lundi 21 Novembre 2016 : Francfort

Après une petite marche sous un ciel certes gris mais des températures étonnamment élevées pour la saison,  nous prenons le train en direction de Francfort. Une rumeur s’est propagée : The Devoir de Physique pourrait se faire le soir même !

Du coup, certains profitent de l’heure de trajet pour réviser…

img_8816 img_8817 img_8820 img_8821 dsc_3930

… d’autres ont certainement dû réviser très tard hier soir.img_8818 img_8819

Nous arrivons à Francfort où notre guide et amie Anique Heise nous fait un premier topo sur la gare.

Nous filons ensuite vers le musée Experimenta où de nombreuses expériences nous attendent. Cela nous occupe pendant deux bonnes heures.

 

Les caractéristiques d’un pendule.

 

img_8822

Dessiner à l’envers ce n’est pas facile !img_8824

img_8825

Un peu de lévitation.img_8826

De la réflexion.img_8828

De la concentration.img_8829 img_8830

De l’observation.img_8831 img_8832

De la mécanique.img_8835 img_8836 img_8837

Certains n’y survivent pas.dsc_3918

De l’introspection.dsc_3916

De la compétition.img_8838

Du jugement.img_8839

De l’adresse.img_8840

Ah…il semblerait que le jeu ne soit pas équitable.img_8841

Un peu de repos.img_8845

De l’exercice.img_8847

??img_8834

Une petite balade électrique.img_8848

Du génie civil.img_8857img_8858

Du son.img_8859

Des sinusoïdes.img_8861 img_8862 img_8864

Nous sortons de ce musée et tout le monde s’accorde pour dire que c’était physique.

Nous rejoignons le quartier d’affaires avec ses gratte-ciel (uniques en Allemagne) pour déjeuner.

Une petite photo sur la terrasse du Sky Line Plaza (centre commercial).

img_8870

Nous continuons notre visite de Francfort, avec les restes des fortifications de la fin du Moyen-Âge.img_8874

Les premiers essais de métro souterrain. Nous sommes tous sains et saufs, nous vous rassurons.img_8879

L’opéra est un magnifique bâtiment partiellement détruit pendant la Guerre. Les habitants ont dû se battre pour qu’il soit reconstruit à l’identique.img_8888

Sur la droite, un ancien poste de police.img_8894

Au premier plan,  de nouveaux bâtiments construits sur des ruines romaines visibles en regardant par les fenêtres.

Au second plan, la cathédrale dans laquelle étaient couronnés les Empereurs dont le clocher a miraculeusement survécu aux bombardements pendant la guerre.

img_8896

De retour à Marburg, nous mangeons, puis… c’est enfin l’heure. Tout le monde est concentré. Les germanistes et les anglicistes sont au coude à coude.img_8899 img_8900 img_8901 dsc_3931

Après l’effort, le réconfort… Le Loup-Garou est un jeu traditionnel de ce voyage.dsc_3933

Mais, c’est maintenant l’heure d’aller au lit. Alors, à demain…

Mardi 22 novembre 2016 : Chemikum à Marbourg et Mathematikum à Giessen

Ce matin nous avons commencé par le Chemikum et sa chimie amusante, vous en jugerez par les sourires de nos apprentis devant ces choses qui bouillent, fument, sentent et explosent. De quoi en réconcilier certains avec cette discipline !

dsc_3941

Les faux-monnayeurs à l’œuvre.

 

img_8912

Mon Déo contient-il de l’aluminium ?dsc_3949 dsc_3948 img_8934

On compte jusqu’à trois et…img_8929

 

 

CO2 mon amour, que reste t-il de la COP21 ?img_8922

Un gaz hilarant ?img_8903

Coup de froid sur un gaz chaudimg_8906

img_8914

Après un court voyage en train, nous voilà au Mathématikum de Giessen.

La géométrie de la bulle en subjugue certains.

img_8956 img_8952 img_8951dsc_3956Suivre la vie d’une courbe, tout un programme…

img_8968

img_8959

Après leur premier essai hier au musée Experimenta, nos ingénieurs génie civil en chef ont réussi !img_8973

dsc_3963

dsc_3958

Des casse-têtes … mais heureusement nos jeunes ont la tête dure.img_8966 img_8965

img_8958

img_8957

dsc_3957  À l’intérieur ou à l’extérieur… seul Möbius peut nous éclairer.img_8962 Une parabole et des pendules… ondes stationnaires garanties.img_8967  Et pour finir des statistiques…dsc_3961

De retour à l’auberge, nos jeunes scientifiques ont pour certains avancé leurs devoirs de physique, mathématique et français, d’autres ont préféré étudier les trajectoires d’un objet sphérique gonflé avec 80% d’azote et 20% d’oxygène, un fois qu’il rencontre des obstacles tels que des pieds.

dsc_3973 dsc_3972 dsc_3971dsc_3969dsc_3970

Après le repas du soir a eu lieu la terrible épreuve, le jeu de piste dans Marburg, sous la pluie, dans le noir et au milieu des monstres et autres farfadets peuplant l’univers des frères Grimm. Il semblerait que au bout d’une course de quasiment deux heures, l’équipe des “Guez” ait gagné devant l’équipe des “Ni vu ni lulu”.

Les Guez :

img_8980

Schtroumpf :img_8978

Le Crou :img_8977

Merguez :img_8976

Ni vu ni Lulu : img_8974

Les Heu :img_8981Le retour à l’auberge est jalonné de commentaires sur la course. L’excitation est toujours palpable.

Le repos sera-t-il réparateur ?

Mercredi 23 novembre : Kassel Part I

La journée a commencé tôt car il fallait prendre le train pour Kassel. 3 km à pieds, ça use, ça use… les roulettes des valises, n’est ce pas M… 🙂 ?

S’en est suivi le repas au Marché de Noël où nos jeunes voyageurs ont pu déguster les spécialités locales : Speckkuchen (que l’on peut traduire par gâteau de lardons), mais aussi les galettes de pommes de terre frites, les classiques Brattwurst et CurryWurst.dsc_3981 dsc_3982 dsc_3984C’est donc repus que nous rejoignons l’Orangeraie, vestige du Kassel d’avant guerre.

img_8983

La séance au planétarium se fait intégralement en Allemand et le débit de parole de l’animateur ne permet pas à nos traducteurs de suivre… Certains profitent de la semi-obscurité pour se refaire une santé.img_8986

Après le planétarium, nous déambulons dans les galeries. Le pendule de Foucault, preuve que la Terre est en rotation sur elle même, hypnotise les jeunes.img_8990

Nous sortons de l’Orangeraie et hâtons le pas vers la gare. Malheureusement, la personne qui doit nous ouvrir la salle où sont stockés nos bagages n’est pas là et nous assistons impuissants au départ du train que nous devions prendre.

Une heure d’attente à la gare.dsc_3987

Finalement nous prenons le train suivant et arrivons à Hann. Münden. L’auberge de jeunesse est ouverte spécialement pour nous. Après le repas, plusieurs parties de Loup Garou à 20 se déroulent dans une très bonne ambiance. Les meneurs de jeu sont parfois chahutés…dsc_3998

 

 

 

Jeudi 24 Novembre : Kassel Part II

Après une belle soirée, nous réalisons que c’est le dernier petit déjeuner tous ensemble et aussi que la rencontre avec les correspondants se fera ce soir. Appréhension ?dsc_3999

 

Une bonne marche et un quart d’heure de train plus tard et nous nous retrouvons face à cette imposante façade derrière laquelle se trouve le Schülerforschungszentrum Nord-Hessen (SFN). Il s’agit d’un centre de recherche à destination des collégiens et lycéens du Nord de la Hesse. Ceux ci peuvent s’inscrire et proposer un projet scientifique qui après validation sera financé. Ainsi une année durant ils auront accès à d’impressionnantes installations.

img_8993 img_9005

Études génétiques sur des souris…img_8997

Chambre insonorisée.

img_8996

Atelier de fabrication.img_9000

Laboratoire d’astronomie à proximité des télescopes : tout est prévu pour y dormir. Certains viennent même y passer leurs vacances !img_9009

Il s’en suit un cours d’astrophysique sur la planétologie. Nous apprenons notamment les deux méthodes utilisées pour détecter la présence d’une exoplanète.img_9012 img_9014

Le timing est ensuite très serré puisque nous disposons seulement d’un quart d’heure pour acheter de quoi manger sur le marché de Noël avant de rejoindre le Technik Museum de Kassel (TMK). L’histoire industrielle de Kassel et notamment celle des transports nous y attend.

Dans un vieux tramway.

dsc_4004

Des photographes.img_9020

Différentes versions de locomotives Henschel.img_9017img_9021

Exposition sur les pompiers et leurs véhicules.img_9023 img_9024

Dans le transrapid : train à sustentation magnétique des années 70 !img_9028Visite d’une locomotive Henschell : 80km/h et la possibilité de tracter 2000 T. Il fallait 8h pour monter la cuve en température. La locomotive est en cours de rénovation par l’association.

dsc_4005Nous avons pu aussi tester un nouveau type de percussions, les “percussions industrielles”, doit-on vous infliger le rendu sonore ? Soyons fous 🙂 :

dsc_4009Nous avons aussi eu le plaisir d’écouter des instruments plus conventionnels :

dsc_4021Merci à Bernd Scott pour cette super visite guidée.

Arrivée le soir à Göttingen, cette fois-ci  nous récupérons les valises à temps et prenons le bon train. Dans un premier temps, les élèves français font bloc pour essayer de vaincre leur timidité.dsc_4025

Et les appariements se font :

dsc_4026Vendredi 25 novembre – Göttingen

Les élèves commencent à faire connaissance à travers des jeux mis en place par notre collègue Florian Scholz. Ils partent ensuite  avec leurs correspondants en cours de français, sociologie.

dsc_4031Nos élèves ont pu ensuite prendre leur premier repas à la Mensa de l’IGS.
Au menu:  Chili con Carne avec Riz ou ravioles, en entrée buffet de crudités et en dessert crème vanille ou chocolat.
Une telle cantine est chose rare en Allemagne (les élèves servent, nettoient le réfectoire).

dsc_4032

Lundi 28 novembre – DLR et Göttingen

Après un week end en famille où les élèves ont pu découvrir plus en profondeur le mode vie à l’Allemande et profiter d’activités variées (marché de Noël, patinoire, cheval, jeux de société…), nous les retrouvons à l’école pour une journée scientifique et culturelle.

Nous nous rendons donc à pied, avec une température négative, au DLR équivalent Allemand du CNES ou de la NASA.

Nous sommes accueillis par un collègue de physique à la retraite et dont le français est impeccable. Il nous présente les différentes thématiques de recherche du DLR.

dsc_4052

Ensuite place aux expériences et visites…

 

Étude des forces en présence lors du vol d’un avion.

img_9079img_9039Certains élèves ont une conception assez étrange de la gravité (Gewicht) , “Et pourtant il vole ! ” :-).

dsc_4056

img_9050

dsc_4055dsc_4060Explosion d’un ballon filmée en Slowmotion pour se rendre compte de la vitesse de rétractation de la membrane.

img_9080 La même chose avec des confettis… img_9041 … qui restent en suspension un instant lorsque la membrane s’est rétractée. img_9044

L’énorme soufflerie du DLR qui n’est plus en fonctionnement. Il faut dire qu’elle consomme autant d’énergie en une heure que la ville entière en une année !!!img_9047 img_9048  Une soufflerie plus petite mais en fonctionnement…img_9057 img_9056

… c’est décoiffant !img_9068

Un avion récupéré par le DLR pour des recherches sur la climatisation.img_9074

Non ce n’est pas encore le trajet retour.img_9076

Fabrication de planeurs. Mais qui sera le meilleur aérodynamicien ? dsc_4064dsc_4066dsc_4067dsc_4071img_9049

Et après le repas, nous testons la portée de nos avions. Attention c’est la position finale de l’avion qui compte. Certains avions sont allés très loin …. mais ont décidé de faire demi tour en cours de route 🙂img_9083 img_9087 Rendez vous ensuite à 14h à la mairie où nous sommes accueillis par le premier adjoint au maire dans la salle du conseil municipal. Nous avons la chance de découvrir le nouveau film de présentation de la ville.      img_9091

Après avoir fait un tour au 16ème étage de la mairie (plus grand immeuble de Göttingen), nous partons pour une visite guidée de la ville.

Ici la salle principale de l’ancienne mairie avec les blasons de plusieurs des villes qui commerçaient avec Göttingen.

dsc_4080

Et là, les cachots, certaines se réjouissent et d’autres semblent inquiets !dsc_4084

Les correspondants viennent nous récupérer sur la place principale où trône la fameuse Gänseliesel mais il fait trop froid pour l’embrasser.

dsc_4079Demain il faudra s’habiller chaudement…

Mardi 29 novembre : le Harz

-7°C : c’est la température qu’affiche le thermomètre ce matin. Après 30 min de classe au chaud à l’IGS, nous partons direction le Harz au Nord de Göttingen. Un bus et deux trains nous mènent à Goslar puis nous rejoignons le Rammelsberg avec un second bus. Cette année, les correspondances se font sans encombre…

Les jeunes ont facilement adopté le mode vie Allemand : un temps mort = un en-cas.

dsc_4093

Le Rammelsberg, site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, est une mine de cuivre, plomb et étain qui a été exploitée pendant plus d’un millénaire !

Qui dit mine, dit casque.

img_9095

La visite démarre dans la salle des pendus, en Allemand pour les germanistes et en Anglais pour les anglicistes.img_9097 img_9096 dsc_4097 dsc_4099

Elle se poursuit à l’extérieur où le soleil est le bienvenu.dsc_4100 img_9099

Puis nous rentrons dans la mine, afin notamment d’apprécier un système ingénieux utilisant la force de l’eau. Composé de plusieurs roues les unes au dessus des autres leurs rotations, réversibles, aident à remonter le minerai, mais aussi à pomper l’eau dans les galeries et finissent par alimenter plusieurs moulins situés en contre-bas à Goslar.img_9100 dsc_4101 dsc_4102 img_9101  img_9106

Sur la droite une des roues à eau.img_9107  Au fur et à mesure des explications, les élèves prennent conscience des conditions de vie des mineurs.dsc_4106dsc_4107

Nous envahissons ensuite un bus pour revenir à Goslar.dsc_4111

Quartier libre est donné au marché de Noël.  dsc_4114Où il fait assez froid :

dsc_4115

Entre temps la nuit tombe accompagnée de la température. Le retour sur Göttingen se fait avec un seul train. Les correspondants nous attendent à la gare.

Demain, un peu plus de trajet et beaucoup plus de sciences 🙂

 Mercredi 30 novembre : le jour du Phaeno 🙂

Ce musée est situé à Wolfsburg, la ville historique de la marque et du groupe Volkswagen. Il n’est séparé de l’usine que par un canal.

dsc_4121Arrivée au musée expérimental, “ça touche” dit Eliott ;-).

dsc_4122 Un bon dessin vaut mieux qu’une longue explication, quoi que…

dsc_4125dsc_4129Miroir oh mon miroir…

dsc_4134Si les profs de S-I voient ça….

dsc_4136C’est malin ça, il a fallu tout découper pour le sortir de là !

dsc_4137Et oui Hubert, c’est un moment important :-).

dsc_4139Et les deux billes se touchent ! Mais quelle est la première qui arrive en bas ?

dsc_4141L’ambiance est électrique !

dsc_4143 dsc_4145D’année en année ce musée est toujours autant renversant, mais pas pour tout le monde 🙂

dsc_4152Heu… C’est encore loin la Suisse ?

dsc_4153

Et pourtant elles tournent,

dsc_4154dsc_4156Vive les énergies renouvelables, il ne reste plus qu’à trouver les élèves pour tourner les manivelles.

dsc_4162Les sciences, ça creuse !

dsc_4157

C’est ensuite la visite de l’Autostadt :

Alors que les filles préfèrent les Porsches,

dsc_4168

dsc_4171Les garçons préfèrent la célèbre Skoda Fabia “Monté-Carlo”, 4 cylindres en ligne, deux rétroviseurs électriques, toit panoramique et le top du top, 4 roues dont deux motrices !

dsc_4172Et les profs le mythique Combi T1

dsc_4181Et soudain c’est le drame… Il n’y a pas de balles pour jouer au célèbre baby-foot du pavillon Skoda ! Le clou du voyage :-(.
Et rien à faire, nous avons eu beau avoir parcouru 2000km pour tester cet extraordinaire mélange de Baby-Foot et de Hockey-Foot, les hôtesses ne veulent pas nous donner les balles.

dsc_4177Les visiteurs du monde entier se plaignent sur le livre d’or :

dsc_4176Même un certain “Jing Ogiez” venu de Chine !

dsc_4179

Un message de Nathan :

Mais tout a une fin, à 16h45 (et non 17h00) nous repartons vers la gare pour rentrer à Göttingen.